Mes livres

samedi 25 juin 2016

La Seranata

Ma mère, décédée il y a de nombreuses années, avait une très belle voix. J’ai encore ici, chez moi, des partitions musicales qui lui appartenaient et de vieilles cassettes sur lesquelles elle s’était enregistrée.
Comme nous allons déménager sous peu, j’ai commencé à faire un tri dans tout ce que j’ai. J’ai regroupé sur un CD des pièces qu’elle chantait et affectionnait et qu’elle avait enregistrées sur des cassettes. Puis, j’ai jeté un coup d’œil sur ses partitions musicales, j’en ai plusieurs. Je me proposais de me débarrasser d’un certain nombre d’entre elles, surtout celles qui me sont inconnues. Par exemple, La Seranata, La sérénade des anges, un feuillet jauni et écorné qui ne me dit absolument rien, que je ne me rappelle pas avoir entendu dans mon enfance.
Hier, à tout hasard, j’ai cherché cette pièce sur Youtube. Je voulais l’écouter, juste pour voir. À ma grande surprise, j’ai trouvé plusieurs interprétations, certaines vocales, d’autres seulement musicales. Je ne comprends pas les paroles, elles sont en italien, mais la musique est magnifique. J’ai retenu celle-ci avec la voix de Carla Schroyen.

Les pertes ne sont pas toujours des pertes. Il y a des roses qui s’y cachent longtemps après, qui laissent des traces dans leurs sillons. Ma mère m’a légué son amour de la musique, et encore aujourd’hui, je reçois les gains de ce bel héritage.
© Denise Nadeau 
Tous droits réservés